On en à tous eu, le monstre sous le lit, la bête dans le placard. Ces monstres et ces bruits inquiétants qui nous empêchaient de trouver le sommeil étant enfant, ces peurs que même les bras de nos mamans n'arrivaient pas à apaiser.

Je vais vous raconter ma propre expérience à ce sujet. Vous allez me dire que c'est une histoire de plus, un mec qui raconte ses souvenirs de gosse, fruit de son imagination d'enfant. Libre à vous de passer à l'histoire suivante, rien ne vous oblige à lire celle ci.

  J'avais 9 ans, et j'habitais alors un petit village non loin de la frontière espagnole. Je suis né en France, mais j'ai passé la majorité de mon enfance chez ma grand mère paternelle, dans ce petit village. J'y ai d'ailleurs mes meilleurs souvenirs, ma première cigarette ( et ma dernière ), Gallia, ma petite amie de l'été, mais aussi mes pires frayeurs. Ma grand mère était à cette époque très catholique. Elle allait à la messe tous les dimanches, et j'étais d'ailleurs très content d'y aller avec elle. Non pas que j'y comprenait grand chose, mais j'y allais surtout pour l'hostie, que je mâchais discrètement ( sacrilège aurait hurlé ma grand mère ). Elle priait aussi tous les soirs. Et je me rappelle d'un soir, je m'étais levé dans la nuit pour aller aux toilettes, et ma grand mère était en pyjama dans le couloir, une croix à la main. Je lui ai demandé ce qu'elle faisait, ce à quoi elle à répondu en chuchotant " va te recoucher et ne me dérange plus si tu veux dormir tranquille. " Intrigué, je suis allé me recoucher. Je me rappelle qu'avant de m'endormir, je l'ai entendu tousser, puis pleurer. Ensuite, je me suis endormi. Puis je me suis rendu compte qu'elle faisait ça tous les soirs. Mais elle ne m'a jamais clairement expliqué pourquoi.

  Je me rappelle qu'à cette époque, mon grand père était déjà malade. Il avait un cancer, et il était très faible. Il ne sortait quasiment jamais de sa chambre depuis qu'il était revenu de l’hôpital, d'ailleurs je ne l'ai plus jamais revu ensuite. Trois jours avant mes 10 ans, il est mort des suites de son cancer. Ma grand mère en à été très affectée. Elle ne s'est plus jamais maquillée depuis. Elle portait constamment du noir et ne sortait plus voir ses amies. Et puis j'avais l'impression qu'elle... comment dire, qu'elle " perdait la boule ". En fait, aller chez elle n'était plus aussi agréable qu'avant. Sa maison était sombre, il n'y avait plus de plantes, et ce qui m'a le plus choqué c'était les crucifix. Il y en avait partout. Sur les portes, les meubles, les murs et même au plafond. Mes parents commençaient à envisager de la placer en maison de retraite, mais elle se débrouillait encore toute seule puis elle était toujours vive pour ses 79 ans. Pendant deux ans, j'ai passé mes vacances d'été non pas chez ma grand mère mais chez mon oncle, le frère de mon père. Lui aussi était inquiet pour sa mère, et il allait souvent la voir. Je n'avais pas eu de nouvelles de ma grand mère depuis l'enterrement de mon grand père, alors j'en ai demandé à mon oncle. Je me souviens de son regard, il y avait une immense tristesse dedans. La même tristesse que l'on ressens lorsqu'on retrouve un ami d'enfance après 20 ans et qu'on se rends compte qu'on à plus rien en commun avec. Il m'a dit " tu sais elle vieillit, c'est normal. Et puis elle vit seule, c'est dur ça aussi... Et puis..." Et je me souviens que ce n'était plus de la tristesse mais de la peur dans son regard. J'avais 12 ans mais ce souvenir est aussi clair que du cristal. Il n'a pas finit sa phrase et est allé se servir un verre de vin.

  L'été de mes 13 ans, nous sommes allés rendre visite à ma grand mère avec mes parents et mon grand frère. Les pompiers nous avaient plusieurs fois appelé pour nous dire qu'elle était tombée dans les escaliers, ou qu'elle s'était cognée contre un meuble, et mes parents allaient lui annoncer qu'il valait peut être mieux la placer en maison de retraite. Pourtant je me rappelle que quand je l'ai revu, elle semblait toujours en forme. Elle avait vieilli, certes, mais elle avait toujours l’œil vif et de la poigne. Sa folie religieuse, elle, ne s'était pas calmée. Les crucifix étaient toujours là, et je me rappelle très bien de cette odeur qu'il y avait quand je suis rentré chez elle... Comme... De la moisissure et de l'urine.. Ce souvenir date d'il y à 8 ans, il est possible qu'il soit altéré, mais je suis presque sur de cette odeur. Nous avons mangé, et elle n'a pas décroché un mot de tout le repas. Le silence était pesant, et nous nous regardions tous, sauf ma grand mère qui avait les yeux rivés dans son assiette. Soudain, un bruit sourd à retentit dans le silence. Comme si on avait lâché un caillou sur le plancher de l'étage au dessus de nous. Je me souviens de ma grand mère levant subitement la tête, paniquée, et se jetant sur le premier crucifix lui passant sous la main. Elle s'est ensuite prostrée devant les escaliers, fixant l'obscurité. J'étais pétrifié, jamais je n'avais vu ma grand mère dans un tel état. Ma mère à regardé mon père, qui, désespéré, s'est levé et à pris ma grand mère dans ses bras. Je pense qu'il pleurait, mais je n'en suis pas sur. J'ai eu du mal à dormir cette nuit là. J'aurais bien dormi avec mes parents, mais à 13 ans, admettez que ce n'est pas commode. Je dormais dans la chambre bleue, celle ou je dormais depuis tout petit à chaque fois que je venais. Je fixais le plafond, quand j'ai entendu un bruit. Des pas, des pleurs. Je me souviens m'être pincé pour m'empêcher d'aller voir... Mais a 13 ans, la curiosité est plus forte que tout. J'ai doucement entrouvert ma porte, et j'ai vu une lueur tremblotante. Ma grand mère était debout, au milieu du couloir, tenant une bougie, reflétant son ombre sur le mur. Je ne saurais dire si c'est mon imagination qui à déformé mes souvenirs, mais je me rappelle avoir vu quelque chose d'inquiétant à propos de son ombre. Mais je ne souviens plus quoi exactement. Je me rappelle juste qu'elle s'est tournée vers moi, en sueur, le regard terrifié, et qu'elle à chuchoté " Je ne le laisserai pas m'avoir ! Non, non, il à déjà eu papi, et que feras tu si mamie n'est plus là pour te protéger ? " Elle avait l'air folle, et ce qui à suivit me glace encore d'effroi quand j'y repense. Rien que de l'écrire me révulse... Sa bougie à été soufflée, ce put être un courant d'air. Toute fois je ne me rappelle pas qu'il y'ait eu une fenêtre d'ouverte ce soir la. Elle à lâché sa bougie et est violemment tombée au sol. Mais... Ce n'était pas un mouvement naturel, presque comme si... On l'avait poussé... J'ai hurlé et me suis enfermé dans la chambre bleue. Mes parents on déboulé dans l'escalier et ont vu ma grand mère sur le sol. Ma mère est venue me prendre et nous avons attendu devant la porte que les pompiers arrivent. Transférée à l’hôpital, ma grand mère est morte quelques heures plus tard dans la nuit.

Je n'ai jamais dit à personne ce que j'ai vu cette nuit là. Même si je sais que mon père et mon oncle semblaient en savoir plus qu'ils ne le laissaient penser, on à jamais reparlé de toute la période qui avait précédé la mort de ma grand mère. Et je ne suis jamais retourné dans cette maison. Même pour son enterrement, quand mon père et mon oncle sont allés chercher des vêtements, j'ai insisté pour rester avec ma mère.

J'ai 21 ans aujourd'hui, et il m'arrive quelque fois d'y penser. Tout particulièrement les derniers instants de la vie de ma grand mère. Et partout ou je vais, je ne peux pas rester dans le noir. Je dois toujours allumer une lumière et s'il vous plait, pas une bougie.